top of page

Chelsea

Voici les lieux situés à Chelsea.

ruines_page-0001_edited.jpg

Les ruines Carbide Willson

Des ruines? Ici?

L’histoire des ruines de Carbide Wilson est fascinante mais aussi mystérieuse. Au cœur d’une forêt, à proximité d’un lac, cette ancienne usine à engrais cache plusieurs secrets. C’est un inventeur peu connu qui a fait bâtir cet endroit. À l’origine, il y avait trois bâtiments; il y avait un barrage, une station génératrice et une tour servant à la condensation de l’acide. Le temps a malheureusement fait son œuvre et il ne reste plus que des ruines. Un incendie a détruit la tour pour n’en laisser que les fondations. L’usine et le barrage subsistent mais ils sont en état de décrépitude. Thomas Leopold Wilson, à qui appartenaient ces édifices, était un inventeur prolifique avec plus de 70 brevets. Né en 1860 à Woodstock en Ontario, il est surtout connu pour une découverte faite en 1892 aux États-Unis. Il aurait développé une méthode de fabrication du carbure de calcium servant autrefois de combustible pour les lampes des mineurs et des spéléologues. Suite à son décès en 1915, sa résidence passera successivement entre plusieurs mains. C'est en 1979 que la Commission de la capitale nationale l'aquière et la transforme en un centre de conférence. Une visite des vestiges vaut le détour. C'est un endrois captivant pour les intrépides.

Le cimetière d’Old Chelsea

Entre beauté et frissons.

S’il y a bien un lieu envoûtant en Outaouais, c’est le cimetière d’Old Chelsea. Avec sa beauté envoûtante, ce lieu hantera vos pensées. Ce cimetière protestant, aménagé en 1830, fait partie du patrimoine culturel de la région grâce à sa valeur historique. On croit que c'est Thomas Brigham qui a acqui ce terrain en 1835. Il était l’un des premiers habitants de Chelsea. D’ailleurs, plusieurs des premiers pionniers de la région y reposent. Ce cimetière accueille ces premiers bâtisseurs sans discrimination de foi. La dépouille de Thomas Wright,  fondanteur du canton de Hull s'y trouve. Plusieurs autres personnages historiques de l’Outaouais y sont enterrés; Asa Meech (révérend et cultivateur), Andrew Wilson (éditeur du « Banner» devenu le « Daily News »), Graham Spry (journaliste, militant et diplômate) et Judith Crawley (scénariste et directrice de la photographie canadienne). Comparativement aux autres cimetières, les rangs sont irréguliers et regroupés par familles. La localisation du cimetière est particulière puisque campé discrètement dans la nature. Il est bordé par une forêt mais de nombreux chemins y donne accès. Le paysage est magnifique. Un joyau de notre patrimoine en Outaouais.

IMG_4660.JPG
bottom of page